Objectifs généraux de la psychiatrie légale

  

  • Démontrer une connaissance approfondie de la psychiatrie générale (sémiologie, nosologie, thérapies)
     
  • Démontrer de solides connaissances en psychiatrie légale
     
  • Acquérir une connaissance des lois civiles (coutumières) et criminelles en vertu desquelles différentes évaluations médicales peuvent être demandées
     
  • Comprendre les différentes valeurs qui sous-tendent les raisonnements juridiques et médicaux
     
  • Se familiariser avec le fonctionnement du système judiciaire (forces policières, tribunaux, système correctionnel)
     
  • Connaître les différents types d’expertises pouvant être demandées par un tribunal ou une autre instance
      
  • Apprendre à clarifier avec un demandeur le sens d’un mandat médicolégal
     
  • Maîtriser l’art de la rédaction d’un rapport médico-légal et apprendre à négocier les dates de production de rapports médico-légaux
     
  • Connaître dans leurs grandes lignes les courants jurisprudentiels susceptibles d’influencer la pratique médico-légale
     
  • Développer les attitudes et techniques pour assurer le suivi multidisciplinaire de patients sous mandat judiciaire, nonobstant les obstacles (piètre autocritique, pauvre motivation, approche sociale, clivage d’équipe, etc.)  
 
À la fin de son stage de psychiatrie légale, le résident aura acquis les connaissances académiques et les compétences cliniques requises pour produire une expertise à la demande de la Cour (aptitude, responsabilité ou présentencielle). Il pourra poser et justifier succinctement les diagnostics aux axes I et II des patients admis et offrir un traitement approprié. Le résident sera également en mesure d’évaluer et de traiter des patients difficiles et/ou présentant un niveau accru de dangerosité, au plan psychiatrique. Il sera amené à se familiariser avec le fonctionnement du Tribunal administratif du Québec et pourra, au besoin, produire un rapport d’évolution d’un patient ayant fait l’objet d’un verdict de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux en vertu de l’article 16 du Code criminel canadien.  
 
De plus, le résident sera appelé à jouer un rôle de leader au sein de l’équipe multidisciplinaire, notamment en donnant les directions cliniques, mais également en fournissant de l’enseignement au personnel en place de même qu’aux divers intervenants déjà impliqués dans le traitement et/ou le suivi des patients admis en expertise.
 
Enfin, le résident sera appelé, dans certains cas, à communiquer et défendre ses opinions et impressions cliniques devant différents interlocuteurs (collègues, avocats, juges ou autres).
 
 
Rôle :   Expert médical - décision clinique
 
Compétences-clé
 
 
1.   Connaissances
 
Le résident aura synthétisé un niveau suffisant de connaissances cliniques (évaluation, diagnostic et traitement) et comprendra les thèmes reliés à la production d’expertises et à l’évaluation de la dangerosité psychiatrique. On s’intéressera particulièrement aux aspects suivants :
  • Parfaire les connaissances psychiatriques générales en sémiologie, nosologie et thérapeutique
  • Connaître et comprendre les différents articles de loi souvent en cause chez les patients admis en expertise : aptitude à subir un procès, responsabilité criminelle, présentenciel, délinquant à contrôler, délinquant dangereux, etc.
  • Connaître le fonctionnement du Tribunal administratif du Québec et les enjeux reliés à un verdict de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux (article 16 du Code criminel canadien)
  • Connaître les principales échelles d’évaluation de la dangerosité (tests actuariels, pertinence, limites)
  • Connaître les différentes techniques d’entrevue nécessaires à la cueillette d’informations pertinentes
 2.  Compétences cliniques 
  • Établit et maintient un bon rapport avec des patients souvent difficiles.
  • Gère les éléments transférentiels et contre-transférentiels de façon imaginative et efficace.
  • Utilise plusieurs stratégies en entrevue afin d’obtenir le maximum de données cliniques fiables.
  • Établit un diagnostic multiaxial à la fois étoffé et nuancé.
  • Construit un plan de traitement qui comprend, selon l’indication, des éléments pharmacologiques, psychothérapeutiques, sociaux et des mesures d’encadrement, notamment en fonction de l’évaluation de la dangerosité
 
Rôle : communicateur
 
Compétences-clé  
  • Transmet ses conclusions et recommandations au patient en termes clairs et adaptés au niveau intellectuel de celui-ci
  • Rédige un rapport d’évaluation (ou d’expertise) complet et compréhensible
  • Adapte son langage au niveau de formation des différents membres d’une équipe multidisciplinaire lorsqu’il communique ses observations cliniques
  • Présente à son entourage et avec justesse le risque de violence d’un patient
 
Rôle : collaborateur
 
Compétences-clé  
  • Coopère avec divers intervenants judiciaires dans l’évaluation de patients tout en respectant les principes de confidentialité
  • Fonctionne efficacement dans une équipe multidisciplinaire en reconnaissant les compétences et responsabilités de chacun des membres
  • Est capable de donner une opinion divergente avec tact et clarté
  • Comprend les valeurs qui sous-tendent les raisonnements juridiques et médicaux.
  • Est familiarisé avec le fonctionnement du système judiciaire
  
Rôle : gestionnaire
  
Compétences-clé  
  • Organise ses tâches académiques, administratives et cliniques de façon efficace.
  • Comprend les principes de base pour optimiser la facturation d’honoraires.
  
Rôle : promoteur de la santé
 
Compétences-clé  
  • Intercède auprès des individus ou des groupes concernés pour diminuer la marginalisation de la clientèle médico-légale
  • Favorise et promeut des soins adaptés pour la clientèle psychiatrique dans les milieux carcéraux
     

Rôle : érudition

Compétences-clé   
  • Connaît les principaux articles, la jurisprudence et les différentes mesures légales pouvant s’appliquer à la clientèle en expertise
  • Résume les points saillants de la littérature scientifique sur la question
  • Applique ses connaissances lorsqu’il recommande un plan de traitement
  • Synthétise ses connaissances de façon claire et adaptée lors d’activités d’enseignement à des intervenants ou étudiants
  • S’intéresse à la recherche sur les différents facteurs de risque et sur la prévention de passage à l’acte violent chez la clientèle psychiatrique aux prises avec une problématique légale
 
Rôle : professionnalisme
 
Compétences-clé  
  • Distingue et respecte les rôles d’expert et de soignant.
  • Est en mesure de respecter l’opinion divergente d’un interlocuteur .
  • Sait refuser un mandat le cas échéant et sait résister aux pressions susceptibles d’infléchir son opinion (considérations financières, enjeux narcissiques ou humanistes, contre-transfert…)